Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Entre Lyon et Saint Etienne, à Saint Andéol le Château, je vous accueille et vous accompagne, dans mon cabinet, en kinésiologie émotionnelle, structurelle (braingym et la santé par le toucher), en auriculothérapie. Un travail avec les enfants dits "dys", hyperactifs, en utilisant les techniques du RMT et les réflexes archaîques. Les plantes médicinales, les techniques corporelles de relaxation, les massages, ainsi que la kinésiologie animale. Des ateliers sont proposés

Qu'est-ce le développement moteur pour l'enfant ?

Le développement moteur de l'enfant représente un des phénomènes les plus intéressants et en même temps le moins connu. Les éducateurs et les parents acquièrent de plus en plus de connaissances sur les particularités des processus intellectuels et émotionnels comme la perception, l'attention, la mémoire, la réflexion ainsi que sur le comportement de l'enfant. Mais les sciences donnent très peu de connaissances sur le rôle du développement moteur et son importance dans le développement global de l'enfant.

 

Le mouvement est l'état unique naturel d'un enfant. L'enfant est actif et constamment en mouvement. Nous, les adultes, surtout dans notre système actuel d'éducation, pensons que notre responsabilité est de calmer l'enfant, de l'immobiliser, de le faire asseoir, de ne pas perturber notre vie habituelle. Nous voulons que l'enfant ne bouge pas mais écoute et nous regarde. En d'autres mots, nous attendons que l'enfant ne bouge pas et apprenne sans bouger et nous le valorisons pour cela. Pourtant le mouvement fait partie de la nature même de l'enfant. Nous avons à peu près six cents cinquante muscles qui doivent être activés pour assurer la vie et l'activité cérébrale. Le mouvement est une source de joie et d'apprentissage, il nous aide à comprendre et ancrer de nouvelles expériences.

 

L'enfant naît avec un ensemble de ressources naturelles : avec des réflexes et des instincts. Réflexes et mouvements primitifs préparent le terrain pour l'installation de connexions entre le fonctionnement du corps et celui du cerveau pendant la prime enfance, l'enfance et les stades suivants du développement. Ces mouvements et réflexes primitifs sont spontanés dans le comportement de l'enfant.

 

Avons-nous la sagesse d'apprendre au contact de la nature et en observant les enfants qui grandissent afin de rendre bénéfique ce potentiel de mouvement ? Raremen, hélas, car nous mêmes avons grandi dans un monde de connaissances et de croyances rigides et sans mouvement. Ce style d'éducation limite les mouvements de l'enfant et  de cette façon, il inhibe la chose la plus importante, son évolution. C'est peut-être aussi pourquoi les études scolaires sont si formelles pour nos enfants, pourquoi ils souffrent d'un apprentissage abstrait et que leur niveau de culture diminue d'année en année. Un des problèmes de base de l'enfant contemporain est justement le manque de développement moteur et intellectuel.

 

Qu'est-ce qui est inclus dans le développement moteur ? Dans notre pratique, nous avons inclus les champs suivants :

 

- La formation des mouvements réflexes du nourrisson et leur intégration,

- L'intégration des réflexes dynamiques et posturaux du nourrissons et des mouvements contrôlés consciemment,

- L'évolution de combinaisons de mouvements de base et du corps entier (passage d'une position ventrale à une position dorsale et inversement, capacité à s'asseoir ou à se mettre debout, etc...)

- La formation de mouvements de transition (combinaison de base, mouvements qui soutiennent les compétences motrices, de s'asseoir, de se tourner...

- La formation de différents systèmes de coordination motrice : main gauche - main droite, main et yeux, main-yeux et oreilles, mains et jambes, etc...

- Le développemnt de la dimension de la latéralité : coopération entre les côtés droit et gauche du corps, les hémisphères gauche et droit du cerveau,

- Le développement de la dimension de centrage : coopération entre la partie supérieure et la partie inférieure du corps, le cortex cérébrale et le système limbique,

- Le développement de la dimension de la focalisation : coopération entre les parties antérieures et postérieures du corps, le cortex cérébral et le tronc cérébral,

- La formation de combinaisons motrices de base qui sont utiles pour développer des compétences et des habitudes : écrire, lire, jouer d'un instrument de musique, etc...

- Le développement de systèmes moteurs contrôlés : exercices de sport, danse, contrôle de la posture du corps, performances publiques, etc...

- L'affinement du rythme des mouvements, de leur vitesse,

- Le developpement de la structure et de la posture du corps,

- Le développement musculaire et l'évolution de la neurologie naturelle et correcte des muscles : le fonctionnnement naturel des muscles peut être perturbé à cause d'une réaction dysfonctionnelle face au stress ou à des incidents neutres ou même heureux,

- Le développement de l'intelligence kinesthésique,

- L'aspect moteur de la conscience, du comportement et de l'activité,

- Le développement de connexions entre les mouvements et leurs combinaisons émotionnelles, cognitives et comportementales.

 

La liste ci-dessus n'est pas exhaustive. Et pourtant des questions se posent. Le retard et l'inhibition de l'un ou l'autre élément cité ont une grande influence sur les étapes du développement psychique de l'enfant. La connaissance des ressources de développement offertes par la nature et leur utilisation correcte pourrait aider les enfants dans les défis du développement personnel, du développement de leur comportement, et pourrait améliorer leur façon d'apprendre et de vivre.

 

Le développement moteur a sa propre structure, son propre langage non verbal et des combinaisons motrices dans lesquelles il se manifeste. Son support de base est le corps. Le corps dans son processus de développement se sert des combinaisons motrices de base et procède selon les lois naturelles. Chaque réflexe dynamique et postural, chaque combinaison de mouvement de base est exploré, utilisé et connecté au système moteur global du corps. Les combinaisons apprises forment la base de l'évolution d'autres modèles moteurs. L'apparition de chaque nouvelle combinaison stimule les autres modèles de mouvements. Ceci représente la base pour qu'une personne puisse progresser au travers des différents stades du développement moteur : et le développement moteur, à son tour, assure le développement émotionnel et cognitif.

 

C'est ainsi que l'intégration du mouvement et du psychique se passe. Cette intégration est plus nette à l'âge du nourrisson et de la petite enfance.

 

De nombreux psychologues et éducateurs soutiennent l'idée que le progrès intellectuel du nourrisson dépend de son développement moteur : Piaget, Masaru Ibuka, P.R. Lesgaft, L.S. Vygotsky, N.A. Bernstein, M. Monessori, et d'autres. Par exemple, le chercheur japonais Masaru Ibuka démontre que le développement cognitif et créatif de l'enfant jusqu'à l'âge de trois ans est proportipnnel aux progrès moteurs qu'il réalise. On peut affirmer que plus l'enfant bouge naturellement, fréquemment, convenablement et en harmonie avec sa nature, plus les processus de pensée seront développés (comme mettre en relation, opposer, généraliser), de même pour le développement des capacités langagières. Tous les grands innovateurs en pédagogie, comme Howard Gardner, J. Ayres, Rudolph Steiner, M. Montessori, Moshe Feldenkrais, Glenne Dolman, Nill Kephart et tant d'autres, ont admis que le mouvement est le facteur le plus important dans le processus et le développement de la connaissance et de la personnalité.

 

La question principale du développement moteur de l'enfant est : "Comment aider le nourrisson à faire un passage naturel et continu vers un mouvmement contrôlé ? " Si le mouvement contrôlé est en harmonie avec le mouvement naturel de base, il conduit à un comportement contrôlé. Par exemple un enfant peut être étiqueté d'agressif s'il ne peut contrôler ses mouvements, ses émotions et actions et s'il ne peut les canaliser de manière socialement acceptable.

 

Moins l'enfant possède une shère motrice contrôlée, le plus il a tendance à des accès émotionnels et moins il contrôle ses émotions, et plus ses mouvements sont brusques, non coordonnés et soi-disant "agressifs". Dans une telle situation, l'enfant semble être pris dans un cercle vicieux. Les problèmes de contrôle moteur causent un large ensemble de difficultés liées au développement : comportements agressifs, paresse, retard, inquiètude et peur, dyslexie, retard dans la parole et le développement intellectuel...

 

Parfois, une connaissance partielle et une lègère correction de la sphère motrice favorisent un changement comportemental positif et profond chez l'enfant et rendent sa vie et sa communication socialement acceptables et remplies de joie.

 

La direction du développement moteur volontaire et du mouvement contrôlé va du centre du corps vers les extrémités, de la tête vers les partie caudale de la colonne vertébrale, des mains vers les jambes. Ce savoir pourrait aider à organiser une motricité correcte chez l'enfant.

 

Il est aussi important de se rappeler que toute combinaison motrice a sa racine dans les reflexes de base et est en connexion avec d'autres combinaisons motrices ; l'ensemble permet de développer et d'augmenter l'activité du cerveau.

 

Nous devons nous rappeler de l'origine du mouvement, des réflexes dynamiques et posturaux, de l'exécution correcte et naturelle de leur mouvement et de l'importance de leur intégration dans le système moteur du corps entier. Malheureusement le phénomène des réflexes est peu connu et peu étudié. Souvent ce manque de connaissances devient un obstacle à l'évolution des premiers mouvements du nourrisson, particulièrement dans la formation des mouvements intentionnels et il constitue une des raisons des difficultés de comportement, d'apprentissage et de développement émotionnel et cognitif.

 

Le mouvement le plus abouti est basé sur l'intégration de différents niveaux de mouvements dans le schéma global du développement moteur d'une personne. Un mouvement réellement intégré est efficace, plein de force et de charme. C'est "un orchestre dans lequel se suivent flexion et extension, étirement et raccourcissement, traction et pression. Ceci est facilité par des combinaisons de mouvements supplémentaires plus harmonieuses. Les processus mentionnés rendent le mouvement logique et coordonné et plein d'harmonie. Avec pour résultat le fait que la personne est prête à se mouvoir et est capable d'avoir de multiples réactions aux stimuli venant du monde environnant" (C.A. Erickson, 1988).

 

 

 

Retour à l'accueil
Partager cette page
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :