Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Corinne LEBRUN
  • : Entre Lyon et Saint Etienne, à Saint Andéol le Château, je vous accueille et vous accompagne, dans mon cabinet, en kinésiologie émotionnelle, structurelle (braingym et la santé par le toucher), en auriculothérapie. Un travail avec les enfants dits "dys", hyperactifs, en utilisant les techniques du RMT et les réflexes archaîques. Les plantes médicinales, les techniques corporelles de relaxation, les massages, ainsi que la kinésiologie animale. Des ateliers sont proposés
  • Contact

Dates à ne pas manquer

  Le Chaà teau (69)   

Centre Culturel et social Henri Matisse - Rive de Gier 

Salon bien-Etre et Culture le samedi 13 septembre de 9h à 19h

Sorties botaniques, ateliers aromathérapie, fabrication de cosmétiques et remèdes naturels, ateliers massages bébé, ateliers le corps en mouvement (parents,enfants). Toute l'année des activités, venez vous inscrire le jour du salon...

 

Centre Ressources et Bien-Etre - 10 rue Vauban Lyon 6e 

Journée découverte le 14 septembre 2014 de 9h à 18h

Ateliers - Séances individuelles - Rencontres avec les praticiens

 

Ateliers "le corps en mouvements" parents/enfants 

différents outils (kinésiologie, RMT, IMP...) pour enfants en grandes difficultés. (dys..., hyperactifs, troubles du comportements...) 

Centre H. Matisse - Rive de Gier  

 

Ateliers fabrication cosmetiques et remèdes  :

  dates à venir    

 

Ateliers connaissances des Huiles essentielles :

    dates à venir     

 

  Atelier "savoir masser bébé"    

Tous les 15 jours à partir du 20 septembre de 9h à 11h - Centre Matisse Rive de Gier

 

1 décembre 2019 7 01 /12 /décembre /2019 12:44

corps.png

 

Les réflexes archaïques, les mouvements du brain gym, et les mouvements rythmiques

samedi 25 janvier 2020 de 9h à 12h

samedi 22 février 2020 de 9h à 12h

samedi 21 mars 2020 de 9h à 12h

samedi 16 mai 2020 de 9h à 12h

L'inscription se fait sur les 4 ateliers. Tarif 80 euros par personne pour les 4 ateliers. En duo 140 euros.

Le nombre de participants est de 14 maxi. Enfants à partir de 6 ans.

Le lieu des ateliers vous sera communiqué ultérieurement.

Vous pouvez déjà retenir vos places. Acompte de 30 %.

 

Corinne LEBRUN

54 rue Centrale

69700 SAINT ANDEOL LE CHATEAU

tél : 0620256124

Partager cet article

Repost0
21 février 2019 4 21 /02 /février /2019 16:29

Bonjour à toutes et à tous,

 

Depuis 2018, je propose de vous accompagner en kinésiologie crânio-sacré.

Cet outil permet un travail sur le crâne afin de libérer les tensions des yeux, des mâchoires, des oreilles...

C'est une approche douce qui favorise la détente et la libération du corps à partir des fascias.

A bientôt afin de vous faire découvrir cet outil.

Belle journée à vous.

 

Partager cet article

Repost0
14 juillet 2017 5 14 /07 /juillet /2017 16:08

Bonjour à tous,

Je reviens sur mon blog après un moment d'absence et oui beaucoup de rendez-vous et d'accompagnements suite à mon article sur les réflexes archaïques, dans le biocontact de novembre.

Vous avez été très nombreux à me contacter et je vous en remercie.

Merci à vous pour vos remarques, vos encouragements, vos interrogations...

Voici la question posée par le plus grand nombre :

- Où trouver un praticien près de chez moi ?

site : reflexes.org ou rmt.org ou methodemnri.com

A bientôt pour un nouvel article sur le programme de septembre avec les prochaines dates des ateliers sur les réflexes.

 

Bel été à vous.

Corinne

 

-

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
21 mars 2014 5 21 /03 /mars /2014 08:24

Dans mes articles précédents, je parle beaucoup de l'intégration des réflexes chez les enfants, en effet, le mouvement crée le système cérébral et c'est plutôt dans la première année de vie d'un individu, qu'une évolution très rapide se met en place et génère ou non des difficultés dans les apprentissages et dans la vie, en règle générale.

 

Toutefois, à l'âge adulte et surtout en vieillissant, l'intérêt de mettre en place des mouvements spécifiques permettant de reconnecter au mieux le corps et le cerveau, me semble très important, même primordial, car l'on sait aujourd'hui, et je m'en aperçois pendant les séances, qu'une personne vieillissante, déclenche de plus en plus son système de survie, ce qui ne lui permet pas de mettre en place tout son potentiel. D'aller de l'avant, sortir de chez soi, aller vers des situations inconnues... 

 

L'humain a besoin de bouger son corps le plus longtemps possible et d'activer par ce biais les réseaux neurologiques pour garder son potentiel intellectuel.

Mes recherches sur le mouvement pour la personne âgée et la mise en place d'un accompagnement spécifique me permettent de constater un regard sur la vie plus serein et l'envie pour ces personnes de continuer toutes expériences de vie et cela le plus longtemps possible.

 

Mes travaux de recherche en lien avec les réflexes archaîques et la maladie d'alzheimer démarrent, je manque juste de sujets ! A suivre... 

 

 


 


 


Partager cet article

Repost0
24 juillet 2013 3 24 /07 /juillet /2013 16:27

LES REFLEXES PRIMITIFS DITS ARCHAIQUES

 

 

 

L’importance d’intégrer les réflexes primitifs.

 

Les réflexes primitifs (infantiles) sont répétitifs, des mouvements automatiques essentiels au développement du contrôle de la tête, à l’intégration des sens et au développement en général. Ils forment la base de nos réflexes posturaux à vie. Ces réflexes primitifs sont présents sur le bébé dans l’utérus, et pendant la petite enfance ils deviennent inhibés lorsque les mouvements deviennent plus contrôlés et plus habituels. Lorsqu’on permet à un bébé de se développer librement et naturellement, les réflexes primitifs seront intégrés, ils ne fonctionneront plus. Lorsque les réflexes primitifs restent actifs, alors beaucoup de difficultés peuvent en résulter.

L’intégration incomplète des réflexes primitifs peut être une cause d’ADD/ADHD (Attention Deficit Disorder/Attention Deficit Hyperactivity disorder) manque d’attention, d’autisme, de difficulté à lire, de retard du développement, de déséquilibres sensoriels, de difficultés à voir et à entendre, de trouble du comportement, de timidité extrême, de manque de confiance en soi, de dépendance, d’inefficacité et des sentiments constants d’accablement. Les mouvements rythmiques aident les enfants et les adultes à compléter le modèle de réflexe primitifs et à transformer les difficultés en intégration.

 

Que peut causer cette non intégration des réflexes primitifs ?

 

Les réflexes primitifs actifs ou non intégrés peuvent être causés par : le stress de la mère et/ou du bébé pendant la grossesse ; accouchement par le siège, naissance traumatique, naissance par césarienne, accouchement déclenché, manque de mouvement approprié durant l’enfance, mis dans un trotteur, être mis dans un siège auto pour bébé pendant longtemps et être placé devant la télé dans un siège souple pour bébé trop longtemps.

Maladie, traumatisme, blessure, stress chronique.

Des toxines environnementales, des problèmes suite à des vaccins, des déséquilibres ou des sensibilités diététiques.

Des réflexes qui sont complètement intégrés peuvent se réactiver à cause d’un traumatisme, d’une blessure de toxines et du stress.

 

Pourquoi les réflexes primitifs sont ils importants ?

 

Très tôt dans l’utérus, les mouvements de réflexes primitifs aident à développer le cerveau. Les mouvements fixent les modèles des réseaux neurologiques et la myelinisation des voies qui permettent la connexion des divers secteurs du cerveau, qui plus tard sont très importants pour l’apprentissage, le comportement, la communication, les relations et le bien être émotionnel.

 

L’intégration des réflexes primitifs est importante car :

 

Ils sont la base de notre système nerveux et de notre habilité à bouger. Ils viennent du tronc cérébral : cette partie du cerveau est responsable de notre survie. Si sous le stress nous bougeons encore, c’est que nous ne pouvons pas avoir accès à notre cortex frontal facilement, c’est là où nous pouvons analyser des informations. Au lieu de cela nous restons dans le stress et la survie.

Au fur à mesure que l’on vieilli nos réflexes non intégrés déclenchent la réponse combat/fuite, de même lorsqu’il n’y a aucune raison logique du stress, nous prenons automatiquement l’habitude de réagir par un comportement stressé.

 

Lorsque nos mouvements proviennent de réflexes primitifs actifs, ils peuvent engendrer des difficultés pour lire, écrire, de langage, prise de parole, de désorganisation, des difficultés à rester en place, de concentration… d’autres défis peuvent être constatés comme le faible contrôle de la vessie, des difficultés à respirer, des problèmes de peau, une incontrôlable envie de manger des sucreries. Faible musculation, endurance faible, des douleurs corporelles et de la fatigue.

 

 

 

 

Quelques réflexes

 

Le réflexe de Moro, parfois appelé le réflexe de sursaut infantile, est une réponse automatique à un changement soudain de stimulus sensoriel. Un changement soudain de n’importe quelle sorte (une lumière vive, un changement de position, de température, un bruit fort, un contact intense, etc…) peuvent déclencher le réflexe de Moro.

 

Certains effets possibles à long terme si Moro non intégré :

Colère facilement déclenchée ou explosion émotionnel.

Equilibre et coordination faibles

Faible endurance

Problèmes de digestion, tendance hypoglycémique

Système immunitaire faible, asthme, allergies et infections

Hyper sensibilité à la lumière, au mouvement, au bruit, au toucher et aux odeurs

Des difficultés à lire, écrire et voir.

Des difficultés à se faire aux changements.

Cycles d’hyperactivité et d’extrême fatigue.

 

Le réflexe tonique du labyrinthe (TLR)

 

Le TLR permet au bébé d’apprendre la gravité et le contrôle de la tête et le cou en dehors de l’utérus. Ce réflexe est important  car il donne au bébé l’opportunité d’apprendre l’équilibre, d’augmenter son tonus musculaire et de développer le sens de l’équilibre et de la « proprioceptivité ». TLR agit réciproquement avec d’autres réflexes afin d’aider l’enfant à développer sa coordination, sa posture et un alignement correct de la tête. Il est vital que le TLR fasse ceci car un alignement correct de la tête avec le reste du corps est nécessaire pour l’équilibre, les mouvements des yeux, le traitement auditif, les muscles et pour les mouvements. Tout cela est essentiel au développement de notre capacité à se concentrer.

 

Certains effets possibles à long terme si TLR non intégré :

Des difficultés d’équilibre et de coordination

Une mauvaise posture

Fatigue facilement

Faible musculature

Des difficultés  juger des distances, les profondeurs, la vitesse et l’espace

Des difficultés de diction, d’audition et de vision

Des mouvements saccadés

Marche sur la pointe des pieds

Des difficultés à monter et descendre les escaliers

 

Réflexe asymétrique du cou (ATNR)

 

Le ATNR est important pour le développement de mouvements unilatéraux. Lorsque l’enfant tourne sa tête sur le côté, les bras et les jambes s’étendent automatiquement du même côté. Dans l’utérus l’ATNR fournit la stimulation nécessaire pour développer le tonus musculaire et le système vestibulaire. Il aide au moment de la naissance, permettant au bébé de s’extraire de l’utérus. ATNR permet aussi l’entraînement dans la coordination œil-main. Dès six mois, ce réflexe devrait évoluer en des modèles de mouvement plus complexes. Si l’ATNR reste actif il contribue beaucoup aux  problèmes scolaires.

 

Certains effets possibles à long terme si ATNR non intégré :

Dyslexie

Des difficultés à lire, écouter, écrire et épeler.

Des difficultés en maths

Ne pas savoir quelle main utiliser

 

Réflexe symétrique du cou (STNR)

 

Le STNR n’est pas un réflexe primitif. Il est transitionnel. C’est une étape importante de transition où le bébé qui s’allongeait au sol commence à ramper. A ce stade du développement, les mouvements de la tête sont automatiquement reliés aux mouvements des bras et des jambes. Si le STNR reste actif c’est une autre cause d’incapacité à l’école. C’est parce que les mouvements de tête vers le haut et le bas restent reliés aux mouvements des bras et des jambes, rendant le travail d’école difficile.

 

 

Certains effets possibles à long terme si STNR non intégré :

Posture faible ou courbée

Maux de tête dus à une tension musculaire au cou

Des difficultés à lire et écrire

Des difficultés à rester immobile

S’asseoir en « W »

Des difficultés à recopier d’un tableau noir

Une démarche de singe

Trouble visuel

Des difficultés à finir quelque chose

 

Le réflexe spinal de Galant

Le « spinal galant reflex » fonctionne conjointement avec l’ATNR afin d’aider la trajectoire de bébé sortant du canal utérin. On pense aussi qu’il aide les bébés avec l’équilibre et la coordination du corps afin qu’ils puissent ramper sur le ventre. Il est dit qu’il y a un rapport avec le fonctionnement de la vessie, car un grand pourcentage d’enfants qui font pipi au lit après l’âge de 5 ans ont un spinal de Galant actif.

 

Certains effets possibles à long terme :

Pipi au lit

Faible endurance

Des difficultés d’attention

Scoliose, problèmes de hanches

Concentration faible

Coordination faible

Mauvaise posture

Faible mémoire à court terme

Hyperactivité

 

Autres réflexes :

 

Nous observons aussi les réflexes oraux et des réflexes de pieds, mains, le Babinsky, Plantaire, palmaire, tirer les mains, saisir un objet, amphibien, enracinement, le réflexe de succion et de Babkin et leur rôle dans les apprentissages et le développement surtout pour la coordination, l’écriture et le développement linguistique.

 

Certains effets possibles à long terme :

Des difficultés ou du retard pour parler

Des difficultés à avaler

Des difficultés à s’intégrer avec autrui

Bave fréquemment

Faible dextérité manuelle

Des difficultés à tenir le stylo

Des difficultés à écrire

Se tord facilement la cheville

Marche sur la pointe des pieds

Les pieds plats ou marche sur les côtés des pieds

Des difficultés à exprimer des idées écrites

 

Réflexe de paralysie de la peur (RPP)

Le RPP est un réflexe de retrait qui émerge durant l’étape de l’embryon. C’est le retrait de corps total loin du stimulus qui est normal dans l’utérus. Dans l’utérus le bébé réagit à ce stimulus en se retirant vers l’intérieur et en s’immobilisant. Au fur et à mesure que le sens du toucher se développe pour le bébé, le retrait, lors d’un contact diminue progressivement. Il est dit que ce réflexe est la première étape ou le bébé apprend à faire face au stress. Idéalement, le RPP se mêle au réflexe de Moro et devient inactif avant la naissance. Si le RPP n’est pas pleinement intégré à la naissance, ceci pourrait contribuer à des difficultés liés au stress pendant toute sa vie. Les personnes avec le RPP actif peuvent souvent être très anxieuses et ont des idées négatives, ceci peut les empêcher de vivre leur vie pleinement. Un RPP actif est souvent associé à un réflexe de Moro non intégré.

 

Certains effets possibles à long terme si RPP non intégré :

Respiration peu profonde et difficile

Anxiété profonde ou pessimisme

Insécurité, faible confiance en soi

Déprime, isolation, retrait

Un sentiment constant d’accablement

Timidité extrême, peur du groupe

Peur excessive d’être embarrassé

Peur d’être séparé de l’être aimé, collant

Trouble du sommeil et de nutrition

Se sentir coincé

Mutisme électif

Retrait au toucher

Comportement agressif ou dominant, sollicite l’attention

Peur extrême de l’échec, perfectionnisme

Phobies

Peu de tolérance face au stress.

 

  

Si vous vous sentez concerné, n'hésitez pas à me contacter. A partir de mouvements spécifiques et en réintégrant les réflexes, l'enfant ou l'adulte voit sa vie se transformer.   

 

Partager cet article

Repost0
24 juillet 2013 3 24 /07 /juillet /2013 16:27

corps.pngEducateurs, Instituteurs, Parents, votre enfant est intelligent et vous avez cette intuition qu'il lui manque quelque chose, vous êtes instituteurs et malgré tous vos outils et soutiens pédagogiques votre patience votre écoute, certains enfants sont toujours en train de s'activer, n'arrivent pas à apprendre encoder les informations et les restituer facilement et pourtant ils font des efforts !!!

 

La motricité des yeux est en relation avec les consignes de l'équilibre, à partir du système vestibulaire dans le cerveau. Les centres de l'audition et de l'équilibre partagent le même nerf crânien. Le sens du toucher est intégralement lié au système vestibulaire au travers du mouvement des cils dermiques dont les récepteurs sont localisé dans le derme de la peau.

 

Si le mouvement est le premier langage de l'enfant, alors la perception est le second. C'est seulement lorsque mouvement et perception sont intégrés que les apprentissages supérieurs comme le langage, la lecture, ou l'écriture, peuvent se développer avec facilité.

 

LE DEVELOPPEMENT PHYSIQUE EST LA BASE DE TOUS LES APPRENTISSAGES.

 

Sans l'équilibre et la coordination, il nous est impossible de nous déplacer dans notre espace, de Réaliser avec succès et aisance nos tâches quotidiennes, nous lever, marcher, écrire, déplacer nos yeux facilement pour lire, écrire, recopier...

 

Réussir ses Apprentissages dépend de notre développement physique, ces stratégies motrices si importantes pour acquérir une bonne posture et une bonne coordination. Pour apprendre à s'asseoir, tenir debout, marcher, fournir une base stable pour un bon contrôle des mouvements oculaires, le développement du contrôle de ma tête est essentiel. L'enfant qui bouge sans cesse, ne peut rester assis sur sa chaise, s'assoit sur une jambe, anxieux, irritable, instable, lent, manquant de concentration, de compréhension de coordination, de confiance en lui, souvent dans la lune, oublie ses devoirs, n'aime pas les faire quand il rentre de l'école, semble maladroit, a du mal à apprendre et mémoriser ses leçons, on parle de dyslexie, de dysorthographie de dysgraphie récurrente. Il est en hyper ou hypo activité.

  

Il y a des raisons et des solutions

" Réflexes Archaïques"

 

Ces mouvements commencent in-utéro. Ils sont activés par la partie du cerveau commune à toutes les créatures vivantes : le cerveau ancien. Ces réflexes primitifs ont d'abord une fonction de survie et d'adaptation (réflexes de succion, d'agrippements des doigts). La répétition des mouvements qu'ils commandent stimule les informations neuronales entre les organes des sens et le cerveau en développement. Ces réflexes archaïques, après leur complet développement, sont appelés à être intégrés et contrôlés par le cortex siège des apprentissages. Si ceux-ci ne sont pas pleinement développés, restant actifs, il vont fragiliser les étapes ultérieures du développement de l'enfant. Le système nerveux ne pourra atteindre sa pleine maturité bien que l'enfant soit parfaitement "normal" et souvent très intelligent. Les réflexes archaïques persistants vont alors générer des difficultés de développement et/ou d'apprentissage.

(1ere partie : Dr P. Blythe, Sally Godard, Dr Blomberg)

Partager cet article

Repost0
16 décembre 2012 7 16 /12 /décembre /2012 10:55

corps.pngPourquoi certains enfants pleins de vie, d'idées doivent-ils fournir tant d'efforts pour apprendre à lire, écrire, compter, se concentrer, rester assis sans bouger ? Il se peut que ces difficultés résultent de certains réflexes qui ne s'intègrent pas ou ne se développent pas à temps. Cette gêne quotidienne faisant obstacle aux nouveaux Apprentissages et à l'acquisition de la Confiance en soi. On parle de Dyslexie, Dysgraphie, Hyperactivité...

 

Si votre enfant se trouve dans cette situation, il se peut qu'il souffre d'une persistance de certains Réflexes Archaïques : Lorsque l'enfant naît, il possède pour vivre et interagir avec son environnement, un répertoire de mouvements instinctifs appelés Réflexes Archaîques, programme de statégies motrices intelligentes, précises, essentielles à la survie, pour Naître, se Nourrir, Attraper, se Retourner, Ramper, se Balancer, Bouger..

 

 

Ces mouvements commencent in-utéro. Ils sont activés par la partie du cerveau commune à toutes les créatures vivantes : le cerveau ancien dit reptilien. Ces réflexes primitifs ont d'abord une fonction de survie et d'adaptation (réflexes de succion, d'agrippements des doigts). La répétition des mouvements qu'ils commandent stimule les informations neuronales entre les organes des sens et le cerveau en développement. Ces réflexes archaïques, après leur complet développement, sont appelés à être intégrés et contrôlés par le cortex siège des apprentissages. Si ceux-ci ne sont pas pleinement développés, restants actifs, ils vont fragiliser les étapes ultérieures du développement de l'enfant. Le système nerveux ne pourra atteindre sa pleine maturité bien que l'enfant soit parfaitement "normal" et souvent très intelligent. Les réflexes archaïques persistants vont alors générer des difficultés de développement et/ou d'apprentissage.

 

Les développements moteur et intellectuel sont liés.

 

Le premier sens à se développer est celui de l'équilibre corporel. il est vital pour la posture, le mouvement et la sensation d'avoir un corps centré dans l'espace et le temps. Les autres perceptions, qu'elles soient visuelles ou auditives, sont en relation avec l'équilibre (le système vestibulaire, à la base du cerveau et dans l'oreille interne) avant d'être transmises à leurs zones spécialisées dans le cortex (les parties hautes du cerveau) afin d'y être décodées. En conséquence, toutes les perceptions dont un enfant dépend pour apprendre sont liées au sens de l'équilibre. Pour le nouveau né, perception et mouvement sont la même chose. Celui-ci n'est pas conscient que le son, la vision, le toucher et le mouvement sont des perceptions séparées : pour lui, elles fusionnent toutes ensembles, dans une expérience unique. Ainsi le mouvement est le premier langage de l'enfant. Plus il devient éloquent dans ce langage primaire, plus il est à même de développer d'autres possibilités d'expression.

 

Le développement de l'enfant se fonde sur l'équilibre.

 

La stimulation du mécanisme de l'équilibre fait intégralement partie de la croissance de l'embryon depuis le moment de la conception. Chaque mouvement de la mère est ressenti par l'embryon puis le foetus dans l'environnement ouaté de la matrice.

 

Après la naissance, les sensations continuent à être perçues au travers d'un vaste répertoire de schémas moteurs : de la position couchée au gigotement, à la roulade, à la postion assise, jusqu'au rampement, au "quatre pattes", puis à la marche, aux sautillements de l'enfant qui gambade, roule, tombe, se relève et court. C'est à travers le mouvement que les connections entre l'appareil vestibulaire (situé dans l'oreille interne) et les centres supérieurs du cerveau (le cortex) s'établissent. Mais il faut attendre 7 à 8 ans pour que le mécanisme de l'équilibre, le cervelet (situé à la base du cerveau) et le corps calleux soient myélinisés (c'est à dire mis en relation). Et c'est au cours de ces premières années que les stimulations vestibulaires sont l'ingrédient naturel des jeux de tout enfant "normal".

 

Le bébé commence par la répétition continue de mouvements des bras et des jambes, pratiquant extension et flexion musculaires. Il s'entraîne à la coordination des yeux et des mains.

 

L'enfant de 8 mois qui roule d'avant en arrière sur le sol, sans apparemment aucun but, prépare son équilibre pour la position assise, debout, puis finalement, pour la marche. Pour lui, quand il bouge, le monde bouge avec lui, et quand il s'arrête, tout s'arrête.

 

La marche à quatre pattes est un passage important qui lui permet, pour la première fois, de combiner l'usage des différents systèmes vestibulaires, propriocetifs et visuel.

 

La marche ne fait pas qu'augmenter sa mobilité, elle lui permet d'aller ici et là en utilisant ses mains indépendamment. Ce sont les premières étapes d'apprentissage qui devront être pratiquées avant d'être intégrées aux autres systèmes, à la perception du corps. Ainsi, au cours des premières années, le mouvement est le premier vocabulaire de l'enfant et le langage repose sur une base corporelle. Le contrôle volontaire du mouvement ne peut se développer qu'à travers l'élargissement des horizons du mouvement.

 

L'enfant de 3 à 6 ans qui sautille, gambade et tournoie sans arrêt, en marchant dans la rue, est encore en train d'apprendre à contrôler son équilibre. Car le stade le plus avancé de l'équilibre est la capacité à rester calme. Le fait de ne pas bouger suppose que toutes les fonctions corporelles et les groupes musculaires agissent de concert, sans ajustement constant. C'est le signe d'un contrôle postural arrivé à maturité.

 

Des difficultés peuvent venir d'une immaturité du sens de l'équilibre.

 

L'enfant qui ne peut rester tranquille sait instinctivement que son équilibre nécessite encore de l'entrainement. L'enfant qui ne peut rester sur le trottoir si il y a un mur bas qui le longe, mais qui saute sans arrêt d'un niveau à l'autre, est encore en train d'apprendre le contrôle musculaire, la perception de la profondeur et d'intégrer les informations visuelles et motrices.

 

*(Qu'en est-il des enfants mis sous Ritaline ? Comment peuvent-ils explorés leur sens de l'équilibre  par le mouvement ? (notes perso.)

 

Plus tard, sauts périlleux et roulades l'aident à distinguer la perception du mouvement des autres sensations car c'est seulement quand l'enfant tombe qu'il peut diriger son attention vers d'autres expériences.

 

L'hyperactivité et le manque d'attention et de coordination peuvent être des signes d'immaturité du fonctionnement vestibulaire. En tant que parents ou enseignants, nous avons tendance à implorer nos enfants turbulents pour qu'ils restent sagement assis et se taisent. On a même montré que si on laisse des enfants hyperactifs tourner pendant 30 secondes dans n'importe quel sens, ces enfants là connaissent ensuite une période d'attention soutenue pouvant aller jusqu'à 30 minutes. Cette expérience suggère que de tels enfants ont besoin d'une stimulation vestibulaire pour "mettre leurs cerveaux en route".

 

Equilibre, mouvement, perception avant langage, lecture, écriture.

 

La motricité des yeux est en relation avec les consignes de l'équilibre, à partir du système vestibulaire dans le cerveau. Les centres de l'audition et de l'équilibre partagent le même nerf crânien. Le sens du toucher est intégralement lié au système vestibulaire au travers du mouvements des cils dermiques dont les récepteurs sont localisés dans le derme de la peau.

 

Si le mouvement est le premier langage de l'enfant, alors la perception est le second. C'est seulement lorsque mouvement et perception sont intégrés que les apprentissages supérieurs comme le langage, la lecture, ou l'écriture peuvent se développer avec facilité.

 

Nos enfants qui tournent et trébuchent en sont à leur première leçon pour devenir les Einstein de demain.

 

(textes : Docteur Peter Blythe, Sally Godard et Docteur Blomberg.)

 

 

Voilà une partie du travail de recherche que j'étudie afin de vous proposer une conférence sur le sujet. Vous pouvez réagir en me mettant vos commentaires.

 

Bonne lecture.

Corinne 

Partager cet article

Repost0
30 septembre 2012 7 30 /09 /septembre /2012 08:10

Avec la rentrée des classes, nos enfants se retrouvent sur les bancs de l'école pendant plusieurs heures à emmagasiner des savoirs.

  

Pour certains, pas de problème de concentration, de mémorisation ou pour rester tranquille.

 

Mais pour d'autres le calvaire commence : ils bougent sans arrêt, gobent les mouches, sont lents, ne mémorisent pas et évidemment la peur de l'échec, de ne pas y arriver les envahit !

 

Comment vous parents, vous enseignants, vous pouvez les aider ? En faisant vous même les mouvements !

 

Tout d'abord, un verre d'eau et un bon petit déj pour bien démarrer la journée et surtout pas devant la télé.

 

Quelques mouvements pour connecter les deux hémisphères : le croisé :main sur genou opposé tout en faisant des  cercles avec les yeux sans bouger la tête. Faire ce mouvement tous les jours le matin avant d'aller à l'école et le soir avant de faire les devoirs pendant au moins 1 minute.

Ce mouvement peut être fait seul ou accompagné comme sur la photo, par les adultes et enfants.

 

P1070797.JPG

 

 

Un mouvement rythmique : allongé sur le dos, les genoux repliés effectué un balancement de haut en bas en laissant la tête suivre le mouvement, les yeux au plafond. Faire le mouvement tous les jours pendant au moins 5 mn.

 

P1070779.JPG

 

 

Voilà fin de première séance. Bonne pratique et

 

A bientôt pour la suivante !

Et si difficultés,  n'hésitez pas à m'envoyer un mail. 

 

Corinne

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
20 août 2012 1 20 /08 /août /2012 14:49

faro-2.jpgP1080271.JPG

Nos compagnons sont aussi stressés que nous pouvons l'être.

A notre contact, ils perçoivent nos émotions, nos chagrins, nos énervements. Ils peuvent se sentir seuls ou délaissés.

Eux mêmes peuvent, de par leur vie passée emmagasiner des troubles : Les uns vont perdre leurs poils, les autres perdre l'appétit, tel autre se lécher constamment, s'isoler ou uriner partout, devenir agressif ou ingérable...

La kinésiologie peut les aider à gérer leur stress en travaillant sur la cause du problème et éviter que cela revienne.

Pour ce type de séance, envoyer moi un mail pour m'expliquer le problème de votre animal et nous conviendrons d'un rendez-vous, si necessaire avec celui-ci.

Les résultats obtenus sont spectaculaires...

 

 

 

Partager cet article

Repost0
15 août 2012 3 15 /08 /août /2012 08:37

"Dans corps, il y a le mot "OR" : il est notre ami précieux, notre guide éclairé, notre plus bel outil, notre lien avec l'univers, notre instrument de communication avec l'intérieur, l'invisible avec notre noyau d'éternité. Comment l'imaginer vivre, ou ne serait-ce qu'exister, si la relation à notre corps s'appelle "silence" ? Comment être attendri par le corps de l'autre, comment l'aimer réellement si la surdité est le seul don que nous sachions faire au notre ? Et pourquoi, en plus de ne pas l'écouter, vouloir toujours et à tout prix, le faire taire : j'ai mal à la tête, vite deux aspirines ! Je dors mal, vite deux somnifères ! Mes règles sont douloureuses, vite deux nurofen ! ... Et si ne m'arrêtais un petit quart d'heure pour entendre son langage, pour comprendre son message... Et si j'étais capable de prendre ce temps d'écoute ? Peut-être alors pourrait-il éviter de hurler. C'est-à-dire de me faire mal, pour qu'enfin je l'entende."

Dr. Guy Londechamp "L'homme vibratoire".

 

 Puis, un article intéressant qui permet de comprendre les mécanismes du corps et pourquoi nous devons en prendre soin.

La négation du corps  - Sante Integrative 26

sante integrative 26

 

Pour guérir et vivre pleinement, nous devons reprendre contact avec notre corps.

Nous naissons tous avec un corps physique qui va nous suivre tout au long de notre existence. Ce corps que nous allons aimer, détester, récompenser, maltraiter aux cours des aléas de la vie, selon notre réaction face aux évènements rencontrés.

Nous allons le forcer à s’adapter à ce que notre mental aura décidé en lui assénant de se taire et de rester solide et fort, peu importe ce qu’on lui fera endurer. Ce corps est notre compagnon de route et nous le traitons souvent comme un ennemi.

Dans ce corps physique s’inscrivent chaque évènement, bonheur, traumatisme, blessure, accident, qui jalonneront notre présence sur terre.

Un évènement que l’on ressentira comme agréable, va déclencher des hormones de bonheur qui donneront à notre corps du bien-être et renforceront notre immunité.

Mais qu’en est-il des évènements vécus difficilement ou qui nous laissent un sentiment de traumatisme, ceux qui inscriront en nous un anéantissement face à notre incapacité du moment à gérer cet évènement, comme une agression, un viol, vivre une relation toxique, destructrice, vivre du harcèlement, poser des actes en désaccord avec nos valeurs, perdre un être cher… ?

La liste pourrait être longue. De notre réaction, face à l’évènement avec les capacités émotionnelles, psychologiques et physiques du moment, dépend l’importance de notre blessure. Je vais parler ici d’une réaction douloureuse cristallisant dans notre corps le traumatisme.

Le corps peut déclencher instantanément des douleurs ou une maladie en réponse au choc. Des sensations puissantes, concrètes que l’on pourra traiter médicalement, mais il pourra aussi garder le traumatisme à l’intérieur et le cacher, faire semblant qu’il n’a pas existé.
Nous avons tous connus des évènements que l’on a souhaité mettre dans un coin de notre tête et continuer à vivre comme si rien ne s’était passé.

C’est parfois vital de survoler la souffrance, de la reporter à plus tard lorsque nous aurons plus de force pour la regarder et la guérir. Mais la majorité du temps, cette souffrance que l’on a niée s’inscrit dans le corps en tant que symptômes et nous oblige à la regarder en face. Toutes ces douleurs, ces maux de dos, de ventre, des articulations, ces migraines essaient de nous transmettre un message.

Chaque partie de notre corps qui souffre est une partie niée par notre conscience. Nous avons naïvement pensé que notre corps pourrait faire comme notre tête, oublier. Mais tant que le problème n’est pas résolu, le traumatisme guéri ou la situation changée, notre corps garde cette souffrance et nous supplie de retrouver une cohérence complète de notre être. Afin de s’aimer et prendre soin de soi.

 

Ysabel PINEAU

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0